Accueil du site > Les mille et une nuits > Tome III > Suite de l’histoire de la princesse de la Chine

- Le conte précédent : Histoire d’Aboulhassan Ali Ebn Becar et de Schemselnihar, favorite du calife Haroun Alraschild


Suite de l’histoire de la princesse de la Chine

PENDANT que ces choses se passaient dans la capitale du roi Schahzaman, les deux génies, Danhasch et Caschcasch avoient reporté la princesse de la Chine au palais où le roi de la Chine l’avait renfermée, et l’avoient remise dans son lit.
Le lendemain matin à son réveil, la princesse de la Chine regarda à droite et à gauche ; et quand elle eut vu que le prince Camaralzaman n’était plus près d’elle, elle appela ses femmes d’une voix qui les fît accourir promptement, et environner son lit. La nourrice, qui se présenta à son chevet, lui demanda ce qu’elle souhaitait, et s’il lui était arrivé quelque chose.
« Dites-moi, reprit la princesse, qu’est devenu le jeune homme que j’aime de tout mon cœur, qui a couché cette nuit avec moi ? » « Princesse, répondit la nourrice, nous ne comprenons rien à votre discours, si vous ne vous expliquez davantage. »
« C’est, reprit encore la princesse, qu’un jeune homme, le mieux fait et le plus aimable qu’on puisse imaginer, dormait près de moi cette nuit ; que je l’ai caressé longtemps, et que ]’ai fait tout ce que j’ai pu pour l’éveiller sans y réussir : je vous demande où il est ? »
« Princesse, repartit la nourrice, c’est sans doute pour vous jouer de nous ce que vous en faites. Vous plaît-il de vous lever ? » « Je parle très-sérieusement, répliqua la princesse, et je veux savoir où il est. » « Mais, princesse, insista la nourrice, vous étiez seule quand nous vous couchâmes hier au soir, et personne n’est entré pour coucher avec vous, que nous sachions, vos femmes et moi. »
La princesse de la Chine perdit patience ; elle prit sa nourrice par la tête, en lui donnant des soufflets et de grands coups de poing. « Tu me le diras, vieille sorcière, dit-elle, ou je t’assommerai. « 
La nourrice fit de grands efforts pour se tirer de ses mains . Elle s’en tira enfin, et elle alla sur le champ trouver la reine de la Chine, mère de la princesse. Elle se présenta les larmes aux jeux et le visage tout meurtri, au grand étonnement de la reine, qui lui demanda qui l’avait mise en cet état.
« Madame, dit la nourrice, vous voyez le traitement que m’a fait la princesse ; elle m’eût assommée si je ne me fusse échappée de ses mains. » Elle lui raconta ensuite le sujet de sa colère et de son emportement, dont la reine ne fut pas moins affligée que surprise. « Vous voyez, madame, ajouta-t-elle en finissant, que la princesse est hors de son bon sens. Vous en jugerez vous-même, si vous prenez la peine de la venir voir. »
La tendresse de la reine de la Chine était trop intéressée dans ce qu’elle venait d’entendre : elle se fit suivre par la nourrice, et elle alla voir la princesse sa fille dès le même moment.
La sultane Scheherazade voulait continuer ; mais elle s’aperçut que le jour avait déjà commencé. Elle se tut ; et en reprenant le conte la nuit suivante, elle dit au sultan des Indes :
+++

La deux cents dix huitième nuit

SIRE, la reine de la Chine s’assit près de la princesse sa fille en arrivant dans l’appartement où elle était renfermée ; et après qu’elle se fut informée de sa santé, elle lui demanda quel sujet de mécontentement elle avait contre sa nourrice, qu’elle avait maltraitée. « Ma fille, dit-elle, cela n’est pas bien, et jamais une grande princesse comme vous ne doit se laisser emporter à cet excès. »
« Madame, répondit la princesse, je vois bien que votre Majesté vient pour se moquer aussi de moi ; mais ]e vous déclare que je n’aurai pas de repos que je n’aie épousé l’aimable cavalier qui a couché cette nuit avec moi. Vous devez savoir où il est ; je vous supplie de le faire revenir. »
« Ma fille, reprit la reine, vous me surprenez, et je ne comprends rien à votre discours. » La princesse perdit le respect. « Madame, répliqua-t-elle, le roi mon père et vous, m’avez persécutée pour me contraindre de me marier, lorsque je n’en avois pas d’envie ; cette envie m’est venue présentement, et je veux absolument avoir pour mari le cavalier que je vous ai dit, sinon je me tuerai. »
La reine tâcha de prendre la princesse par la douceur. « Ma fille, lui dit-elle, vous savez bien vous-même que vous êtes seule dans votre appartement, et qu’aucun homme ne peut y entrer. » Mais au lieu d’écouter, la princesse l’interrompit et fit des extravagances qui obligèrent la reine de se retirer avec une grande affliction, et d’aller informer le roi de tout.
Le roi de la Chine voulut s’éclaircir lui-même de la chose : il vint à l’appartement de la princesse sa fille, et il lui demanda si ce qu’il venait d’apprendre était véritable ? « Sire, répondit-elle, ne parlons pas de cela ; faites-moi seulement la grâce de me rendre l’époux qui a couché cette nuit avec moi. »
« Quoi, ma fille, reprit le roi, est-ce que quelqu’un a couché avec vous cette nuit ? » « Comment, Sire, repartit la princesse sans lui donner le temps de poursuivre, vous me demandez si quelqu’un a couché avec moi ! Votre Majesté ne l’ignore pas. C’est le cavalier le mieux fait qui ait jamais paru sous le ciel. Je vous le redemande, ne me refusez pas, je vous en supplie. Afin que votre Majesté ne doute pas, continua-t-elle, que je n’aie vu le cavalier ; qu’il n’ait couché avec moi ; que je ne l’aie caressé, et que je n’aie fait des efforts pour l’éveiller, sans y avoir réussi, voyez, s’il vous plaît, cette bague. » Elle avança la main ; et le roi de la Chine ne sut que dire quand il eut vu que c’était la bague d’un homme. Mais comme il ne pouvait rien comprendre à tout ce qu’elle lui disait, et qu’il l’avait renfermée comme folle, il la crut encore plus folle qu’auparavant. Ainsi, sans lui parler davantage, de crainte qu’elle ne fit quelque violence contre sa personne, ou contre ceux qui s’approcheraient d’elle, il la fit enchaîner et resserrer plus étroitement, et ne lui donna que sa nourrice pour la servir, avec une bonne garde à la porte.
Le roi de la Chine, inconsolable du malheur qui était arrivé à la princesse sa fille, d’avoir perdu l’esprit, à ce qu’il croyait, songea aux moyens de lui procurer la guérison. Il assembla son conseil ; et après avoir exposé l’état où elle était : « Si quelqu’un de vous, ajouta-t-il, est assez habile pour entreprendre de la guérir, et qu’il y réussisse, je la lui donnerai en mariage, et le ferai héritier de mes états et de ma couronne après ma mort. »
Le désir de posséder une belle princesse et l’espérance de gouverner un jour un royaume aussi puissant que celui de la Chine, firent un grand effet sur l’esprit d’un émir déjà âgé, qui étroit présent au conseil. Comme il était habile dans la magie, il se flatta d’y réussir, et s’offrit au roi. « J’y consens, reprit le roi ; mais je veux bien vous avertir auparavant que c’est à condition de vous faire couper le cou si vous ne réussissez pas : il ne serait pas juste que vous méritassiez une si grande récompense sans risquer quelque chose de votre côté. Ce que je dis de vous, je le dis de tous les autres qui se présenteront après vous, au cas que vous n’acceptiez pas la condition, ou que vous ne réussissiez pas. »
L’émir accepta la condition, et le roi le mena lui-même chez la princesse. La princesse se couvrit le visage dès qu’elle vit paraître l’émir. « Sire, dit-elle, votre Majesté me surprend de m’amener un homme que je ne connais pas, et à qui la religion me défend de me laisser voir. » « Ma fille, reprit le roi, sa présence ne doit pas vous scandaliser ; c’est un de mes émirs qui vous demande en mariage. » « Sire, repartit la princesse, ce n’est pas celui que vous m’avez déjà donné, et dont j’ai reçu la foi par la bague que je porte : ne trouvez pas mauvais que je n’en accepte pas un autre. »
L’émir s’était attendu que la princesse ferait et dirait des extravagances. Il fut très-étonné de la voir tranquille, et parler de si bon sens, et il connut très-parfaitement qu’elle n’avait pas d’autre folie qu’un amour très-violent qui devait être bien fondé. Il n’osa pas prendre la liberté de s’en expliquer au roi. Le roi n’aurait pu souffrir que la princesse eût ainsi donné son cœur à un autre que relui qu’il voulait lui donner de sa main. Mais en se prosternant à ses pieds : « Sire, dit-il, après ce que je viens d’entendre, il serait inutile que j’entreprisse de guérir la princesse ; je n’ai pas de remèdes propres à son mal, et ma vie est à la position de sa Majesté. » Le roi, irrité de l’incapacité de l’émir, et de la peine qu’il lui avait donnée, lui fit couper la tête.
Quelques jours après, afin de n’avoir pas à se reprocher d’avoir rien négligé pour procurer la guérison à la princesse, ce monarque fit publier dans sa capitale, que s’il y avait quelque médecin, astrologue, magicien, assez expérimenté pour la rétablir en son bon sens, il n’avait qu’à venir se présenter, à condition de perdre la tête s’il ne la guérissait pas. Il envoya publier la même chose dans les principales villes de ses états, et dans les cours des princes ses voisins.
Le premier qui se présenta, fut un astrologue et magicien, que le roi fit conduire à la prison de la princesse par un eunuque. L’astrologue tira d’un sac qu’il avait apporté sous le bras, un astrolabe, une petite sphère, un réchaud, plusieurs sortes de drogues propres à des fumigations, un vase de cuivre, avec plusieurs autres choses, et demanda du feu.
La princesse de la Chine demanda ce que signifiait tout cet appareil. « Princesse, répondit l’eunuque, c’est pour conjurer le malin esprit qui vous possède, le renfermer dans le vase que vous voyez, et le jeter au fond de la mer. »
« Maudit astrologue, s’écria la princesse, sache que je n’ai pas besoin de tous ces préparatifs, que je suis dans mon bon sens, et que tu es insensé toi-même. Si ton pouvoir va jusque-là, amène-moi seulement celui que j’aime ; c’est le meilleur service que tu puisses me rendre. » « Princesse, reprit l’astrologue, si cela est ainsi, ce n’est pas de moi, mais du roi votre père uniquement, que vous devez l’attendre. « Il remit dans son sac ce qu’il en avait tiré, bien fâché de s’être engagé si facilement à guérir une maladie imaginaire.
Quand l’eunuque eut ramené l’astrologue devant le roi de la Chine, l’astrologue n’attendit pas que l’eunuque parlât au roi, il lui parla lui-même d’abord. « Sire, lui dit-il avec hardiesse, selon que votre Majesté l’a fait publier, et qu’elle me l’a confirmé elle-même, j’ai cru que la princesse était folle, et j’étais sûr de la rétablir en son bon sens par les secrets dont j’ai connaissance ; mais je n’ai pas été longtemps à reconnaître qu’elle n’a pas d’autre maladie que celle d’aimer, et mon art ne s’étend pas jusqu’à remédier au mal d’amour. Votre Majesté y remédiera mieux que personne, quand elle voudra lui donner le mari qu’elle demande. »
Le roi traita cet astrologue d’insolent, et lui fit couper le cou. Pour ne pas ennuyer votre Majesté par des répétitions, tant astrologues que médecins et magiciens, il s’en présenta cent cinquante, qui eurent tous le même sort, et leurs têtes furent rangées au-dessus de chaque porte de la ville.

- Le conte suivant : Histoire des amours de Camaralzaman, prince de l’isle des Enfans de Khaledan, et de Badoure, princesse de la Chine