Accueil du site > Les mille et une nuits > Tome VIII > Histoire du roi Beherkerd

- Le conte précédent : Histoire du roi Khadidan


Histoire du roi Beherkerd

« BEHERKERD était un prince puissant, redouté de ses voisins, et plus encore de ses sujets. La justice qu’il prétendait rendre à ceux-ci avec promptitude, était une véritable injustice. Incapable d’un mûr examen, il confondait l’innocent avec le coupable, et ne distinguait pas l’apparence du crime d’avec le crime lui-même. Ignorant l’art de proportionner les peines aux délits, il punissait les fautes les plus légères comme les plus graves, et ne faisait pas même grâce aux faute involontaires. Jaloux de tous les droits de la souveraineté, le plus beau de ces droits, celui de pardonner, était le seul dont il ne faisait jamais usage.
« Un jour que le roi Beherkerd était à la chasse, une flèche tirée imprudemment derrière lui, l’atteignit et lui emporta l’oreille. Le roi transporté de fureur, ordonna aussitôt qu’on cherchât et qu’on lui amenât le coupable. C’était un jeune officier qui, ayant vu lui-même l’effet de sa flèche, s’était évanoui, et était tombé par terre sans connaissance : on l’apporta dans cet état aux pieds du roi, qui ordonna qu’on le mit à mort. Le jeune officier qui avait un peu repris ses esprits, se prosterna devant le roi lorsqu’il entendit prononcer sa sentence, et lui dit :
« Sire, la faute que je viens de commettre est l’effet d’une inadvertance, et non un dessein prémédité de ma part. Vous pouvez me pardonner, j’implore votre clémence. Pardonner est la plus belle action qu’un grand roi puisse faire. Celui qui pardonne est souvent récompensé dans ce monde, et se ménage un trésor dans l’autre. Conservez-moi la vie, je vous en conjure, Dieu conservera quelque jour la vôtre.
« Le roi fut plus étonné de ces dernières paroles, qui semblaient le menacer de quelque grand danger, que touché de la prière du jeune officier ; et contre l’attente générale, il lui accorda sa grâce.
« Le jeune officier, qu’on regardait comme un simple particulier, était bien au-dessus de ce qu’il paraissait être. C’était le fils du roi d’Oman. Quelque trait de vivacité ayant excité contre lui la colère du roi son père, il avait quitté la cour et s’était réfugié près du roi Beherkerd, où il avait pris un faux nom, et obtenu du service.
« Quelque temps après l’accident qui pensa lui coûter la vie, il fut reconnu par un des sujets du roi son père. Celui-ci ayant été informé de la retraite de son fils, lui écrivit sur-le-champ pour l’engager à revenir, et l’assura qu’il n’avait rien à craindre de son ressentiment. La lettre était conçue dans des termes si tendres et si pressants, que le jeune prince, se confiant dans la bonté de son père et cédant à l’amour qu’il avait lui-même pour lui, partit aussitôt. Son espérance ne fut pas trompée : son père le reçut avec les plus grands transports de joie, et lui rendit toute son affection.
« Le prince d’Oman était depuis quelques années réconcilié avec son père, lorsque le roi Beherkerd, ayant envie de se promener sur mer, et de prendre le divertissement de la pêche, monta sur un vaisseau, accompagné des principaux seigneurs de sa cour. Dès que le vaisseau fut un peu éloigné de terre, il s’éleva tout-à-coup une horrible tempête qui l’entraîna en pleine mer et brisa ses mâts. Devenu le jouet des vents et des flots, il fut bientôt mis en pièces et submergé.
« Le roi Beherkerd échappa heureusement au naufrage, se saisit d’une planche, et fut jeté, vers la fin du jour, sur un rivage qui lui était inconnu. Quoique fatigué et affoibli par quelques blessures qu’il s’était faites en s’attachant à la planche qui l’avait sauvé, ses forces n’étaient pas encore épuisées. Ayant aperçu de loin une grande ville, il porta ses pas de ce côté. C’était la capitale du royaume d’Oman. Beherkerd ne put y arriver que fort tard : les portes étaient fermées, et il fut obligé de passer la nuit dans un cimetière.
« Le lendemain, quelques habitants du voisinage, qui allaient de grand matin à la ville, trouvèrent près de ce cimetière le corps d’un homme qui paraissait avoir été assassiné dans la nuit même. Ils aperçurent en même temps dans le cimetière un étranger vêtu d’habits déchirés, et ensanglantés en plusieurs endroits : ils ne doutèrent pas qu’il ne fut l’assassin, le prirent et le conduisirent au roi d’Oman, qui ordonna qu’il fût mis en prison en attendant qu’on eût reconnu le cadavre, et pris d’autres informations.
« Le roi Beherkerd réfléchissant alors sur toute sa conduite, disait en lui-même : « Ce qui m’arrive aujourd’hui est la punition des injustices que j’ai commises. J’ai souvent fait périr des innocents ; je vais perdre la vie à mon tour comme auteur d’un meurtre dont je ne suis pas coupable. »
« Tandis que, livré à ses réflexions, il se promenait dans la cour de la prison, un oiseau vint se percher vis-à-vis de lui. Beherkerd, sans y penser, ramassa une pierre et la jeta à l’oiseau. La pierre ne l’atteignit point, et passa par-dessus les murs de la prison. Le fils du roi d’Oman jouait par hasard au mail dans une grande place voisine. La pierre retomba sur lui, le blessa à l’oreille, et lui fit éprouver une douleur si vive, qu’il fut quelque temps sans connaissance.
« On chercha de quel côté était partie la pierre, et on reconnut qu’elle avait été lancée par le nouveau prisonnier, déjà violemment soupçonné d’assassinat. On l’amena devant le jeune prince, qui ordonna de lui trancher la tête. Lorsqu’on lui eut ôté son turban, le jeune prince remarqua qu’il lui manquait une oreille, et lui dit : « Le châtiment qu’on t’a fait subir en te coupant une oreille, prouve que tu as commis plus d’un crime. »
« Beherkerd ayant demandé la permission de se justifier, raconta l’accident qui lui avait fait perdre l’oreille, et ajouta qu’il pouvait faire mourir celui qui en était l’auteur ; mais qu’il lui avoit pardonné. Le prince d’Oman le regardant alors plus attentivement, le reconnut, et s’écria : « Vous êtes le roi Beherkerd . » En même temps il courut à lui et le serra dans ses bras.
« On rendit à Beherkerd les honneurs dus à son rang, on le revêtit d’habits magnifiques, et on le fit asseoir à côté du jeune prince, qui lui demanda par quelle suite d’événements il était tombé dans une position aussi affreuse, et avait été conduit si près de la mort ? Beherkerd lui fit le récit de son naufrage, de la malheureuse rencontre qui l’avait fait passer pour assassin, et du hasard qui lui avait fait lancer une pierre par-dessus les murs de sa prison.
« Sire, lui dit le jeune prince, lorsqu’il eut achevé son histoire, rappelez-vous qu’en sollicitant mon pardon, j’osai vous promettre que Dieu récompenserait un jour votre clémence. L’événement a justifié ma prédiction, et celui à qui vous avez fait grâce de la vie est assez heureux pour pouvoir lui-même conserver aujourd’hui la vôtre. »
« Le jeune prince le conduisit ensuite près du roi son père, auquel il apprit la manière dont il venait de reconnaître et de sauver le roi Beherkerd, et celle dont ce roi lui avait autrefois fait grâce de la vie. Les deux souverains s’embrassèrent, et se témoignèrent réciproquement leur reconnaissance.
« Beherkerd, au bout de quelques jours, prit congé du roi d’Oman, et fut reconduit dans ses états par une escorte nombreuse et magnifique. Le danger que ce prince avait couru lui ouvrit les yeux, et le fit entièrement changer de conduite. Il se montra lent à punir, porté à pardonner, et fut par la suite autant aimé de ses sujets, qu’il en avait été jusque-là haï et détesté.

« Par cet exemple, ajouta le jeune intendant, vous voyez, ô Roi, qu’il n’y a rien de plus excellent que la clémence. Un seul acte de clémence sauva la vie au roi Beherkerd, amollit son cœur, y fit germer toutes les vertus, et le rendit le modèle des souverains. »

- Le conte suivant : Histoire du roi Hanschah et d’Abouteman