Accueil du site > Les mille et une nuits > Tome II > Quatrième voyage de Sindbad le marin

- Le conte précédent : Troisième voyage de Sindbad le marin


Quatrième voyage de Sindbad le marin

« Les plaisirs, dit-il, et les divertissements que je pris après mon troisième voyage, n’eurent pas des charmes assez puissant pour me déterminer à ne pas voyager davantage. Je me laissai encore entraîner à la passion de trafiquer et de voir des choses nouvelles. Je mis donc ordre à mes affaires ; et ayant fait un fonds de marchandises de débit dans les lieux où j’avais dessein d’aller, je partis. Je pris la route de la Perse, dont je traversai plusieurs provinces, et j’arrivai à un port de mer où je m’embarquai. Nous mîmes à la voile, et nous avions déjà touché à plusieurs ports de terre ferme et à quelques isles orientales, lorsque faisant un jour un grand trajet, nous fûmes surpris d’un coup de vent, qui obligea le capitaine à faire amener les voiles, et à donner tous les ordres nécessaires pour prévenir le danger dont nous étions menacés. Mais toutes nos précautions furent inutiles ; la manœuvre ne réussit pas bien ; les voiles furent déchirées en mille pièces ; et le vaisseau ne pouvant plus être gouverné, donna sur des récifs, et se brisa de manière qu’un grand nombre de marchands et de matelots se noya, et que la charge périt…
Scheherazade en était là quand elle vit paraître le jour. Elle s’arrêta, et Schahriar se leva. La nuit suivante, elle reprit ainsi le quatrième voyage :

- Le conte suivant : Cinquième voyage de Sindbad le marin