Accueil du site > Les mille et une nuits > Tome III > Histoire racontée par le médecin juif


Histoire racontée par le médecin juif

 La cent cinquante cinquième nuit

« MON voyage fut heureux, poursuivit le jeune homme de Moussoul ; j’arrivai au Caire sans avoir fait aucune mauvaise rencontre. J’y trouvai mes oncles, qui furent fort étonnés de me voir. Je leur dis pour excuse, que je m’étais ennuyé de les attendre, et que ne recevant d’eux aucunes nouvelles, mon inquiétude m’avait fait entreprendre ce voyage. Ils me reçurent fort bien, et promirent de faire en sorte que mon père ne me sût pas mauvais gré d’avoir quitté Damas sans sa permission. Je logeai avec eux dans le même khan, et vis tout ce qu’il y avait de beau à voir au Caire.
« Comme ils avoient achevé de vendre leurs marchandises, ils parlaient de s’en retourner à Moussoul, et ils commençaient déjà à faire les préparatifs de leur départ ; mais n’ayant pas vu tout ce que j’avois envie de voir en Égypte, je quittai mes oncles, et allai me loger dans un quartier fort éloigné de leur khan, et je ne parus point qu’ils ne fussent parti. Ils me cherchèrent longtemps par toute la ville ; mais ne me trouvant point, ils jugèrent que le remords d’être venu en Égypte contre la volonté de mon père, m’avait obligé de retourner à Damas sans leur en rien dire, et ils partirent dans l’espérance de m’y rencontrer, et de me prendre en passant.
« Je restai donc au Caire après leur départ, et j’y demeurai trois ans pour satisfaire pleinement la curiosité que j’avois de voir toutes les merveilles de l’Égypte. Pendant ce temps-là, j’eus soin d’envoyer de l’argent au marchand joaillier, en lui mandant de me conserver sa maison ; car j’avois dessein de retourner à Damas, et de m’y arrêter encore quelques années. Il ne m’arriva point d’aventure au Caire qui mérite de vous être racontée ; mais vous allez, sans doute, être fort surpris de celle que j’éprouvai quand je fus de retour à Damas.
« En arrivant en cette ville, j’allai descendre chez le marchand joaillier, qui me reçut avec joie, et qui voulut m’ accompagner lui-même jusque dans ma maison, pour me faire voir que personne n’y était entré pendant mon absence. En effet, le sceau était encore en son entier sur la serrure. J’entrai, et trouvai toutes choses dans le même état où je les avois laissées.
« En nettoyant et en balayant la salle où j’avois mangé avec les dames, un de mes gens trouva un collier d’or en forme de chaîne, où il y avait d’espace en espace dix perles très-grosses et très-parfaites ; il me l’apporta, et je le reconnus pour celui que j’avois vu au col de la jeune dame qui avait été empoisonnée. Je compris qu’il s’était détaché, et qu’il était tombé sans que je m’en fusse aperçu. Je ne pus le regarder sans verser des larmes, en me souvenant d’une personne si aimable, et que j’avois vue mourir d’une manière si funeste. Je l’enveloppai et le mis précieusement dans mon sein.
« Je passai quelques jours à me remettre de la fatigue de mon voyage ; après quoi, je commençai à voir les gens avec qui j’avois fait autrefois connaissance. Je m’abandonnai à toutes sortes de plaisirs, et insensiblement je dépensai tout mon argent. Dans cette situation, au lieu de vendre mes meubles, je résolus de me défaire du collier ; mais je me connaissais si peu en perles, que je m’y pris fort mal, comme vous l’allez entendre.
« Je me rendis au bezestein, où tirant à part un crieur, et lui montrant le collier, je lui dis que je le voulais vendre, et que je le priais de le faire voir aux principaux joailliers. Le crieur fut surpris de voir ce bijou. « Ah, la belle chose, s’écria-t-il, après l’avoir regardé longtemps avec admiration ! Jamais nos marchands n’ont rien vu de si riche ! Je vais leur faire un grand plaisir ; et vous ne devez pas douter qu’ils ne le mettent à un haut prix à l’envi l’un de l’autre. » Il me mena à une boutique, et il se trouva que c’était celle du propriétaire de ma maison. « Attendez-moi ici, me dit le crieur, je reviendrai bientôt vous apporter la réponse. »
« Tandis qu’avec beaucoup de secret il alla de marchand en marchand montrer le collier, je m’assis près du joaillier, qui fut bien aise de me voir, et nous commençâmes à nous entretenir de choses indifférentes. Le crieur revint ; et me prenant en particulier, au lieu de me dire qu’on estimait le collier pour le moins deux mille scherifs, il m’assura qu’on n’en voulait donner que cinquante. « C’est qu’on m’a dit, ajouta-t-il, que les perles étaient fausses : voyez si vous voulez le donner à ce prix-là. » Comme je le crus sur sa parole, et que j’avois besoin d’argent. « Allez, lui dis-je, je m’en rapporte à ce que vous me dites, et à ceux qui s’y connaissent mieux que moi : livrez-le, et m’en apportez l’argent tout-à-l’heure. »
« Le crieur m’était venu offrir cinquante scherifs de la part du plus riche joaillier du bezestein, qui n’avait fait cette offre que pour me son- der et savoir si je connoissois bien la valeur de ce que je mettais en vente. Ainsi, il n’eut pas plutôt appris ma réponse, qu’il mena le crieur avec lui chez le lieutenant de police, à qui montrant le collier : « Seigneur, dit-il, voilà un collier qu’on m’a volé ; et le voleur, déguisé en marchand, a eu la hardiesse de venir l’exposer en vente, et il est actuellement dans le bezestein. Il se contente, poursuivit-il, de cinquante scherifs pour un joyau qui en vaut deux mille : rien ne saurait mieux prouver que c’est un voleur. »
« Le lieutenant de police m’envoya arrêter sur-le-champ ; et lorsque je fus devant lui, il me demanda si le collier qu’il tenait à la main n’était pas celui que je venais de mettre en vente au bezestein ? Je lui répondis qu’oui. « Et est- il vrai, reprit-il, que vous le voulez livrer pour cinquante scherifs ? » J’en demeurai d’accord. « Hé bien, dit-il alors d’un ton moqueur, qu’on lui donne la bastonnade : il nous dira bientôt avec son bel habit de marchand, qu’il n’est qu’un franc voleur ; qu’on le batte jusqu’à ce qu’il l’avoue. » La violence des coups de bâton me fit faire un mensonge : je confessai, contre la vérité, que j’avois volé le collier ; et aussitôt le lieutenant de police me fit couper la main.
« Cela causa un grand bruit dans le bezestein, et je fus à peine de retour chez moi, que je vis arriver le propriétaire de la maison. « Mon fils , me dit-il, vous paroissez un jeune homme si sage et si bien élevé, comment est-il possible que vous ayez commis une action aussi indigne que celle dont je viens d’entendre parler ? Vous m’avez instruit vous-même de votre bien, et je ne doute pas qu’il ne soit tel que vous me l’avez dit. Que ne m’avez-vous demandé de l’argent ? Je vous en aurais prêté ; mais après ce qui vient d’arriver, je ne puis souffrir que vous logiez plus longtemps dans ma maison : prenez votre parti ; allez chercher un autre logement. » Je fus extrêmement mortifié de ces paroles ; je priai le joaillier, les larmes aux yeux, de me permettre de rester encore trois jours dans sa maison ; ce qu’il m’accorda.
« Hélas, m’écriai-je, quel malheur et quel affront ! Oserai-je retourner à Moussoum ? Tout ce que je pourrai dire à mon père, sera-t-il capable de lui persuader que je suis innocent ? »
Scheherazade s’arrêta en cet endroit, parce qu’elle vit paraître le jour. Le lendemain, elle continua cette histoire dans ces termes :

- Le conte suivant : Histoire que raconta le tailleur